AGENDA - EXPOS - MUSEES

15e Biennale de Lyon art contemporain - Là où les eaux se mêlent © DR Fernando Palma Rodriguez

15e Biennale de Lyon art contemporain - Là où les eaux se mêlent

du 18 septembre au 5 janvier  Ouvert du mardi au vendredi 11h-18h, le week-end 11h-19h.

Ateliers enfant, visites en famille, workshop pour les ados chacun trouvera sa place ! On peut même fêter son anniversaire... Un formidable terrain de jeu ! Exposition internationale d'art contemporain.

 

  • En famille, ateliers dès 3 ans

 

Et voilà ! La 15e biennale d'art contemporain a ouvert ses portes dans un nouveau lieu, l'immense site des Usines Fagor où l'on a longtemps fabriqué des machines à laver le linge, avant qu'il soit déserté puis reconverti en lieu culturel...
Un curieux paradoxe qui a, forcément, questionné les 56 artistes invité.es, sous des formes, évidemment très différentes. Ce qu'on peut dire d'entrée, c'est que cette biennale n'est pas des plus joyeuses ni des moins engagées. Ça n'empêchera pas les plus jeunes d'apprécier ce gigantesque terrain de jeu qui forme de nombreux paysages, mentaux ou physiques, selon le point de vue que l'on embrasse.
Dès l'arrivée dans le hall de grandes formes colorées accueillent les jeunes visiteurs au sol et dans les airs, imposant d'emblée une vision ludique de l'espace, une invitation au voyage de Stéphane Calais qui revient ponctuer à plusieurs reprises de ses toiles évanescentes les espaces du site, telles des respirations bariolées.

À l'image de ces 52 petites robes virevoltantes qui montent et descendent suivant un mécanisme robotique construit par l'artiste mexicain Fernando Palma Rodriguez, une œuvre qui peut se lire comme un mobile ludique alors que le tracé reprend la figure stylisée du coyote céleste, figure cosmogonique préhispanique. À la fois puissante et politique, elle mérite à elle seule le détour et pourra enchanter les tout-petits comme les très grands. On pourra se questionner longuement sur l'installation de Chou Yu-Cheng que d'aucuns ne verront même pas, mais qui interpelle ceux et celles qui le remarquent.
Au fil des pérégrinations se développent des ambiances différentes, des paysages mouvants et changeants comme l'atmosphère qu'a arpenté Abraham Poincheval avec sa vidéo dans les nuages ou comme la rivière illuminée de Minouk Lim. On s'amusera beaucoup, ou on se fera peur, c'est selon, en montant l'escalier en colimaçon de Yona Lee pour s'assoir sur une chaise ou s'allonger sur un lit et contempler la halle 4 en prenant de la hauteur. Sans oublier de se faufiler dans les deux gros tuyaux de ciment de Pannaphan Yodmanee qui recèlent des trésors de peintures miniatures.
Il y a tant de choses à regarder, de recoins à explorer qu'une seule visite n'y suffira pas. Car cette Biennale s'arpente comme un jardin changeant sans cesse, à l'image des sculptures inquiétantes de Isabelle Andriessen qui évoluent pendant toute la durée de l'événement, grignotées par des matériaux zombies....

Les lieux : Usine Fagor Lyon 7e (à conseiller pour les familles), Musée d'art contemporains Lyon 6e et Institut d'art contemporain à Villeurbanne (jeune création).

 

 

 

  • Où ?

     

     

  • Tarifs :

    enfant : gratuit - 15 ans

    adulte : 9 à 16 € visite sur les 3 lieux


1727-bannieregeometries.gif
1713-equita-double-pave-300x600.jpg

TOUJOURS D'ACTUALITE