1679-city av.gif

AGENDA - EXPOS - MUSEES

Qui sait combien de fleurs ont dû tomber ? © Lionel Sabatté

Qui sait combien de fleurs ont dû tomber ?

du 21 mars au 21 juin 10h-18h du mardi au samedi

Lionel Sabatté. A la croisée des chemins entre la ville de Lyon et la Chine. Expo sur trois lieux : du Nouvel Institut Franco-Chinois se poursuit gratuitement en extérieur aux Musées Gadagne et à la Fondation Bullukian.

 

  • Dès 10 ans

 

Un parcours d'exposition partant du Nouvel Institut Franco-Chinois pour ensuite se poursuivre gratuitement en extérieur aux Musées Gadagne et à la Fondation Bullukian. « Qui sait combien de fleurs ont dû tomber ? » est une invitation à la rencontre, qui valorise tant les lieux traversés que le travail de Lionel Sabatté - à la croisée des chemins entre la ville de Lyon et la Chine. UNE SCULPTURE OLFACTIVE AU NOUVEL INSTITUT FRANCO-CHINOIS Lionel Sabatté découvre le continent asiatique en 2011, lors de sa résidence à Pékin. Cette résidence est l’occasion d’un premier contact avec la Chine, et plus particulièrement avec le thé. Son immersion dans la culture locale le pousse en effet à réaliser de grands boucs, des sculptures composés de galettes de thé noir du Yunnan (région de l’ouest de la Chine), symbole du pays et du raffinement chinois. En faisant le choix de représenter un bouc, figure emblématique de l’art pariétal occidental mais aussi très présente dans la culture chinoise, Lionel Sabatté rend hommage à la « croisée des cultures, des mythes et des totems ». DES MURIERS DE VERS À SOIE AUX MUSÉES GADAGNE En 2014, Lionel Sabatté refleurit un bonsaï à l’aide de peaux mortes et de rognures d’ongles. Il entame ainsi une série d’œuvres intitulées Printemps (2015-2016-2017) : des arbres morts auxquels il donne une seconde vie grâce à une floraison artificielle. Les trois mûriers de la cour des Musées Gadagne ne dérogent pas à la règle : les branches desséchées bourgeonnent à nouveau de ces fleurs « couleur de peau » qui confèrent à l’œuvre un double effet d’attraction et de répulsion. L’art questionne ainsi les fondements du beau et de l’esthétique. UNE ŒUVRE INÉDITE À LA FONDATION BULLUKIAN Spécialement réalisée pour l’occasion, une grue au plumage « couleur de rouille » rendra hommage à ce grand oiseau migrateur devenu l’emblème national chinois et symbolisant l’un des grands principes de la pensée du Taoïsme : celui d’une perpétuelle évolution. À la croisée des cultures chinoise et lyonnaise, l’œuvre porte en elle les symboles de longévité, de bon augure, d’ouverture et d’échanges, devenant ainsi un pont entre les deux continents.

 

 

 

  • Où ?
    • Nouvel Institut Franco-Chinois
    • 2, rue Sœur Bouvier,, 69005 Lyon
    • 04 81 65 84 60
    • www.ifc-lyon.com/fr

     

     

  • Tarifs :

    enfant : gratuit -12 ans

    adulte : 5 €


1697-grand-parc-vacances-2019.gif
1678-PAL_BullGones-12032019.gif

TOUJOURS D'ACTUALITE